Skip to content

Créer un compte

Inscrivez-vous pour retrouver tous vos favoris et vos playlists

En créant un compte, vous acceptez les Conditions générales d'utilisation et la Politique de protection des données personnelles de B Concerts.

Retrouvez b•concerts sur : Deezer Spotify Podcast
Accueil

19 avril 2015

19e Festival de Pâques de Deauville - dimanche 19 avril 2015
Salle Elie de Brignac-Arqana - Musique à Deauville

Les interprètes : Verena Chen, Adrien Boisseau, Guillaume Vincent, Ensemble Messiaen

Formé en 2014 par Raphaël Sévère, David Petrlik, Volodia van Keulen et Théo Fouchenneret, l’ensemble Messiaen doit son nom et sa formation au Quatuor pour la fin du Temps du compositeur, une œuvre essentielle de la musique de chambre au XXe siècle sur laquelle s’appuyer, mais aussi une invitation à aller explorer d’autres répertoires autour de ce socle instrumental commun. C’est ainsi le cas de ce concert du dimanche 19 avril 2015, où trois des musiciens de l’ensemble sont rejoints par Verena Chen, Adrien Boisseau et Guillaume Vincent pour une œuvre récente de Philippe Hersant. Composée en 2002 en hommage à Olivier Greif, Im fremden Land est basée sur une mélodie de choral luthérien utilisée notamment par Jean-Sébastien Bach. Une pièce où la modernité se nourrit de la tradition, magnifiquement défendue par six jeunes musiciens qui démontrent toute la nécessité de faire exister le répertoire chambriste d’aujourd’hui.

Im fremden Land s’inscrit dans le catalogue de musique de chambre fort généreux de Philippe Hersant où se côtoient des pièces solistes (basson, saxophone, timbales, viole de gambe, contrebasse), de nombreux duos (pour clarinette et piano comme pour violoncelle et accordéon), quatre quatuors à cordes et des ensembles. Il tire son titre d’une vieille chanson populaire allemande qui disait : « Innsbruck, je dois te quitter, je poursuis ma route là-bas, là-bas en terre étrangère ». En allemand Im fremden Land. Il s’agit donc du triste récit d’un départ et d’une séparation.
Philippe Hersant explique avoir écrit cette pièce d’une quinzaine de minutes « à la mémoire d’Olivier Greif, un des compositeurs les plus doués de ma génération, prématurément disparu en 2000. » L’œuvre a été commandée par l’association Patrimoine et Cultures Européennes en Région Midi-Pyrénées et créée par l’ensemble Ader à Albi en 2003. Olivier Greif (1950-2000), dont la musique a été plusieurs fois entendue à Deauville, aurait sans doute apprécié cette référence historique, lui qui considérait l’héritage du passé comme un trésor enrichissant et non une prison dorée.
La mélodie de cette chanson a été harmonisée par Heinrich Isaac (ca 1450-1517) avant de devenir la base du choral « O Welt, ich muss dich lassen » (« Ô monde, je dois te quitter ») dont s’empareront Praetorius, Walther et Brahms. Philippe Hersant la confie d’emblée à la clarinette solo qui ouvre le premier de ces cinq mouvements, Wiegenlied (Berceuse). Le compositeur la présente comme « le fil conducteur de [s]a pièce ». Suit une Totentanz (Danse macabre) lourdement marquée par les accords graves du piano, les contorsions des cordes et le ricanement de la clarinette. Andenken (En souvenir de…) adopte naturellement un ton plus solennel mais pas exclusivement triste. Après un bref intermezzo qui sollicite la virtuosité de la clarinette et porte le titre « schumannien » comme le dit Philippe Hersant de Phantasiestück, s’enchaîne le Choral conclusif. La mélodie fondatrice, souvent esquissée, évoquée, rêvée dans les mouvements précédents se fait intégralement entendre par le quatuor à cordes qui suit la partition de Heinrich Isaac.

Afficher la suite
2015-04-19_49
20150419_3_660x380.jpg

À (RÉ)ÉCOUTER

Philippe Hersant (1948 - ), Im Fremden Land pour clarinette, quatuor à cordes et piano

DIRECT
Titre de l’épisode
Nom de l’émission – Episode 2
--:-- / --:--