Skip to content

Créer un compte

Inscrivez-vous pour retrouver tous vos favoris et vos playlists

En créant un compte, vous acceptez les Conditions générales d'utilisation et la Politique de protection des données personnelles de B Concerts.

Retrouvez b•concerts sur : Deezer Spotify Podcast
Accueil

6 août 2021

20e Août musical de Deauville - vendredi 06 août 2021
Salle Elie de Brignac-Arqana - Musique à Deauville

Les interprètes : Raphaël Pagnon, Simon Iachemet, Amaury Viduvier, Tanguy de Williencourt

WOLFGANG AMADEUS MOZART 

Trio pour piano, clarinette et alto « Les Quilles » K. 498 

Aujourd’hui connue sous le nom « Les Quilles », le Trio K. 498 n’est cependant pas directement associé à ce sport que Mozart appréciait particulièrement et que son médecin lui avait recommandé, entre autres activités physiques, avant l’été 1786 ; l’oeuvre bénéficie en réalité de la proximité des Douze Duos pour deux cors K. 487, achevés une semaine plus tôt, à la fin du mois de juillet, et dont le manuscrit porte la mention « untern Kegelschreiben » (« tout en jouant aux quilles »). 

Outre les jeux de plein air, Mozart vit alors un été des plus agréables chez le botaniste Nikolaus Joseph von Jacquin. Dans ce cadre idyllique, le compositeur s’empare volontiers de son alto pour jouer avec son élève, la jeune pianiste Franziska von Jacquin, et avec son ami le clarinettiste virtuose Anton Stadler – pour lequel il écrira plus tard son fameux Concerto pour clarinette. C’est ce qui explique la formation originale du Trio K. 498 : réunir l’alto et la clarinette n’avait rien d’évident, les deux instruments évoluant dans le même registre. 

Ils ne se marcheront cependant jamais sur les pieds : dès le début de l’Andante doucement balancé et jusqu’à la fin du Rondo ensoleillé, les voix s’échangent les motifs ornementés en une discussion galante, parfaitement équilibrée – à l’image des belles soirées amicales de cet été 1786. Seul le coeur du mouvement central montre un semblant de tension au sein du groupe, l’alto se lançant dans un mouvement perpétuel inquiétant sous le motif plaintif de la clarinette… Le retour du menuet apportera toutefois la réconciliation attendue. 

 ***

JOHANNES BRAHMS 

Trio pour clarinette, violoncelle et piano en la mineur (op. 114)

C’est la rencontre avec Anton Stadler qui avait poussé Mozart à composer pour la clarinette ; un siècle plus tard, c’est celle avec Richard Mühlfeld qui donne à Johannes Brahms l’envie d’écrire à son tour pour l’instrument. Ce n’est pas anecdotique : Brahms vient de prendre la décision d’arrêter la composition ! À l’invitation du directeur de la musique de la cour de Meiningen, Hans von Bülow, le compositeur « à la retraite » dirige alors l’orchestre local au printemps 1891. Au sein d’une formation qui l’impressionne fortement, la sonorité de Mühlfeld le convainc tant et si bien qu’il reprend la plume : il écrira non seulement le Trio pour clarinette, violoncelle et piano op. 114 mais également le Quintette avec clarinette op. 115 puis, quelques années plus tard, deux Sonates pour clarinette et piano op. 120.

Souvent laissé dans l’ombre d’un Quintette op. 115 autrement plus développé, le Trio op. 114 s’inscrit néanmoins dans la digne lignée du Trio « Gassenhauer » de Beethoven, conçu pour la même formation. La concision des mouvements et leurs oppositions de caractères en font une oeuvre singulière. Brahms ménage deux mouvements centraux d’une légèreté étonnante, qui contrastent radicalement avec la dramaturgie des mouvements extrêmes : l’Allegro initial se déploie tout entier à partir du bref motif entonné par le violoncelle seul et reste dans des tonalités sombres d’un bout à l’autre du mouvement, ce qui est également le cas du finale, agité et tourbillonnant. Au centre, le tendre Adagio voit le violoncelle et la clarinette s’envoler dans un duo lumineux, avant un scherzo calme et dansant qui rappelle les Liebeslieder Walzer du compositeur.

Afficher la suite
2021-08-06
Amaury Viduvier, Tanguy de Williencourt et Simon Iachemet© Yannick Coupannec

À (RÉ)ÉCOUTER

Wolfgang Amadeus Mozart (1756 - 1791), Trio pour piano, clarinette et alto « Les Quilles » en mi bémol majeur, K. 498

Johannes Brahms (1833 - 1897), Trio pour clarinette (ou alto), violoncelle et piano en la mineur, op. 114

20e Août musical de Deauville, vendredi 06 août 2021
Simon Iachemet violoncelle , Amaury Viduvier clarinette , Tanguy de Williencourt piano
Afficher le détail

Ludwig van Beethoven (1770 - 1827), Sonate pour piano n° 24 "A Thérèse" en fa dièse majeur, op. 78

20e Août musical de Deauville, vendredi 06 août 2021
Afficher le détail
1. Adagio cantabile — Allegro ma non troppo

Ludwig van Beethoven (1770 - 1827), Sonate pour piano n° 23 "Appassionata" en fa mineur, op. 57

20e Août musical de Deauville, vendredi 06 août 2021
Afficher le détail
DIRECT
Titre de l’épisode
Nom de l’émission – Episode 2
--:-- / --:--