Skip to content

Créer un compte

Inscrivez-vous pour retrouver tous vos favoris et vos playlists

En créant un compte, vous acceptez les Conditions générales d'utilisation et la Politique de protection des données personnelles de B Concerts.

Retrouvez b•concerts sur : Deezer Spotify Podcast
Accueil

Robert Schumann

1810 - 1856

Faut-il en faire l’un de ses signes de sa folie, toujours est-il que Schumann a abordé les différents genres musicaux les uns à la suite des autres. Après avoir à vingt ans fait le choix de consacrer sa vie à la musique (et renoncé au droit au grand désespoir de sa pauvre mère), le musicien cherche d’abord à devenir un virtuose du clavier auprès de Friedrich Wieck, professeur réputé dans tout Leipzig et père de la toute jeune Clara, de neuf ans la cadette de Robert. A vouloir trop muscler ses doigts, il est bientôt victime d’une paralysie de la main droite qui le fait se jeter à corps perdu dans la composition, en plus d’une intense activité éditoriale (fondateur de la Neue Zeitschrift fur Musik en 1834, il en rédige presque seul tous les articles pour un rythme de parution bihebdomadaire !). Cette décennie 1830 est alors celle des œuvres pour piano, où Schumann, tout en se frottant avec un mélange d’humilité et d’originalité aux genres classiques (trois sonates, Etudes symphoniques, Etudes d’après Paganini), livre le meilleur de lui-même dans des cahiers à la forme inédite, souvent inspirés par la littérature (Jean-Paul, Hoffmann, Novalis…), et où se reflète l’âme déjà tourmenté du musicien : Papillons, Carnaval, Davidsbündlertänze, Phantasiestücke, Kreisleriana, Novellettes, Humoresque…
En 1840, c’est la libération : après trois ans de combat, les tribunaux font plier l’intransigeant Wieck en considérant la morale et les finances de Robert suffisantes pour épouser Clara. Il compose cette année-là près de cent-quarante lieder, avant de se tourner vers l’orchestre en 1841 et de jeter toutes ses forces dans la musique de chambre en 1842. Naissent ainsi successivement les trois quatuors à cordes de l’opus 41, hommage à la récente série de Mendelssohn, voisin leipzicois et soutien actif du couple Schumann, le quintette avec piano opus 44, le quatuor avec piano opus 47, les Phantasiestücke pour trio avec piano. En 1843, son oratorio Le Paradis et la Péri rencontre un franc succès : même Wieck est convaincu du talent de Robert (qui dirige alors pour la première fois) et propose d’enterrer la hache de guerre. Entre deux grossesses, la carrière de pianiste de Clara se fait désormais en pointillés… mais des pointillés bien utiles pour renflouer les caisses d’un ménage plutôt dépensier, installé à Dresde en 1844 après l’échec de Robert dans sa tentative de succéder à Mendelssohn à la tête du Gewandhaus de Leipzig.
La santé et la raison de Schumann commencent alors à vaciller de plus en plus, malgré des phases d’euphorie créatrice stupéfiantes, comme en 1849, annus mirabilis dans tous les genres (lieder, piano, musique de chambre…). Le compositeur sait qu’il doit se hâter de « créer tant qu’il fait jour », le nouveau déménagement à Düsseldorf (pour prendre pourtant la position plutôt enviable de directeur musical de la ville) se soldant rapidement par un échec manifeste. Contraint à la démission, atteint de troubles de la parole de plus en plus fréquents, victime d’hallucinations, épuisé, le musicien se jette dans le Rhin au matin du 27 février 1854, avant d’être interné dans l’asile d’Endenich près de Bonn où il finira tristement ses jours deux ans plus tard.

Afficher la suite
Robert Schumann
Schumann.jpg

À (RÉ)ÉCOUTER

Robert Schumann (1810 - 1856), Quatuor pour piano et cordes en mi bémol majeur, op. 47 2021-08-01

Robert Schumann (1810 - 1856), Fantasiestücke pour violoncelle (ou clarinette) et piano, op. 73

Robert Schumann (1810 - 1856), Quintette pour piano et cordes en mi bémol majeur, op. 44

17e Août musical de Deauville, mardi 31 juillet 2018
Philippe Hattat piano , Quatuor Hanson ensemble
Afficher le détail
13e Août musical de Deauville, mercredi 06 août 2014
Afficher le détail
1. Mondnacht (Liederkreis n° 5, op. 39)
2. Sängers Trost (Lieder und Gesänge n° 1, op. 127)
3. Du bist wie eine Blume (Myrthen n° 24, op. 25)
5. Röselein, Röselein ! (Sechs Gesänge n° 6, op. 89)

Robert Schumann (1810 - 1856), Davidsbündlertänze pour piano, op. 6

13e Août musical de Deauville, mardi 29 juillet 2014
Afficher le détail
7. Nicht schnell mit äussert starker Empfindung

Robert Schumann (1810 - 1856), Märchenerzählungen, quatre pièces pour clarinette, alto et piano, op. 132

13e Août musical de Deauville, mardi 29 juillet 2014
Léa Hennino alto , Amaury Viduvier clarinette , Guillaume Bellom piano
Afficher le détail

Robert Schumann (1810 - 1856), Quatuor pour piano et cordes en mi bémol majeur, op. 47

Robert Schumann (1810 - 1856), Novelette en ré majeur, op. 21 n° 2

11e Août musical de Deauville, jeudi 02 août 2012
Adam Laloum piano
Afficher le détail
DIRECT
Titre de l’épisode
Nom de l’émission – Episode 2
--:-- / --:--